Michel Lysight

Blog de auseuildelatour :Musique Opéra Danse, Michel Lysight

Après deux années d’études en histoire de l’art, Michel Lysight entre au  Conservatoire à Bruxelles, où il obtient les premiers prix d'histoire de la musique, méthodologie du solfège, psycho-pédagogie, harmonie, contrepoint, fugue, basson. Il a travaillé la direction d'orchestre avecRené Defossez et Robert Janssens.

Son premier prix de composition lui est décerné en 1989 au Conservatoire à Mons dans la classe de Paul-Baudouin Michel.

La découverte de musiciens tels que Reich, Adams, Gorecki est essentielle pour l'évolution de son langage. À son catalogue figure une centaine d'œuvres dont beaucoup sont enregistrées sur disques. Michel Lysight est professeur au Conservatoire à Bruxelles. (Wikipédia)

samedi 20 septembre 2014 21:35 , dans Invitation (bruxelloise) au voyage


Bobby Jaspar, George Wallington & Idrees Sulieman.

" George Wallington (né GiacintoFiglia le 27 octobre 1924 à Palerme en Sicile, mort le 15 février 1993 à Cape Coral en Floride) est un pianiste américain de bebop.  Né en Sicile, il a vécu dès sa première année à New York, initié par son père qui était chanteur classique. Il commence très jeune le piano, et adolescent, il fréquente les clubs de jazz New Yorkais  Entre 1943 et 1953, il a joué notamment avec Dizzy GillespieJoe MarsalaCharlie ParkerSerge ChaloffAllan EagerKai WindingTerry GibbsBrew MooreAl CohnGerry MulliganZoot SimsRed Rodney, et Lionel Hampton, et a enregistré plusieurs albums. Entre 1954 et 1960 il a participé à plusieurs formations à New York avec Donald ByrdJackie McLean, et Phil Woods." 

" Idrees Sulieman (Né le 7 août 1923 à St. Petersburg en Floride - décédé le 23 juillet 2002 dans la même ville) était un trompettiste de jazz américain qui participa au mouvement bebop. On prétend parfois qu'il fut le premier trompettiste à avoir joué du bebop avec le pianiste et compositeur Thelonious Monk mais cela ne peut être attesté puisque Sulieman n'a pas enregistré avant 1947.  Il a étudié au Conservatoire de Boston et très vite il acquit de l'expérience en jouant avec les Carolina Cotton Pickers et l'orchestre de Earl Hines de 1943 à 1944. Pendant un temps il fut lié à Mary Lou Williams. Il a également enregistré avec Thelonious Monk en 1947 et avec Cab CallowayCount Basie et Lionel Hampton. Sulieman enregistra avec Coleman Hawkins en 1957 et joua avec Randy Weston en 1958-1959. Il se rendit en Europe en 1961 avec Oscar Dennard, s'installa à Stockholm, puis à Copenhague en 1964. Il fut un soliste du big band de Kenny Clarke-Francy Boland du milieu des années 1960 à 1973. Sulieman a beaucoup travaillé avec des orchestres de radio. Comme leader il a enregistré pour Swedish Columbia (1964) et SteepleChase (1976 et 1985)." (Wikipédia)

Riverside 12-240. Bobby Jaspar. Seven Up. All Of You. Before Dawn.

samedi 20 septembre 2014 21:22 , dans Jazz


Wittgenstein, logicien et architecte

" Deux événements contribuèrent à sortir Wittgenstein de sa dépression : le premier fut l'invitation de sa sœur Margaret (Gretl) Stoneborough à travailler avec l'architecte Paul Engelmann (qui était devenu un ami proche de Wittgenstein pendant la guerre) sur la conception et la construction de sa nouvelle maison. Ils construisirent une maison dans un style moderniste, celui d'Adolf Loos qu'ils admiraient tous deux. Wittgenstein trouva le travail intellectuellement captivant et exténuant. Il se donna corps et âme dans l'absolue perfection de détails comme les poignées de portes et les radiateurs qui devaient être positionnés avec une parfaite exactitude pour assurer la symétrie des pièces. Cette œuvre de l'architecture moderniste évoqua quelques commentaires inspirés ; G. H. von Wright déclara que la maison possédait la même beauté statique que le Tractatus. Cette rage froide de Wittgenstein à atteindre à nouveau la perfection, non plus en logique, mais en architecture, comme il la cherchait aussi en reproduisant des bustes de la statuaire grecque, lui redonna le goût de la recherche et de la pensée pure.
Le second événement survint vers la fin de son travail sur la maison, quand il fut contacté par Moritz Schlick, l'un des chefs de file du tout nouveau Cercle de Vienne. Le positivisme viennois était considérablement influencé par le Tractatus et bien que Schlick ne parvînt pas à y entraîner Wittgenstein, ils eurent un certain nombre de discussions philosophiques avec d'autres membres du cercle, notamment Friedrich Waismann. Wittgenstein se sentait souvent frustré par ces rencontres. Il avait le sentiment que Schlick et ses collègues faisaient des contresens fondamentaux à propos du Tractatus et il finit par refuser toute discussion sur le sujet. La majorité des désaccords concernaient l'importance de la vie religieuse et mystique, Wittgenstein considérant ces questions comme une sorte de foi inexprimable tandis que les positivistes les trouvaient inutiles. Lors de l'une de leurs rencontres, Wittgenstein refusa de discuter du Tractatus et s'assit en tournant le dos à ses interlocuteurs, puis déclama des poèmes de Rabîndranâth Tagore. Quoi qu'il en fût, les contacts avec le Cercle de Newcastle Upon Tyne stimulèrent l'intellect de Wittgenstein et réveillèrent son intérêt pour la philosophie. Il rencontra également Franck Ramsey, un jeune philosophe des mathématiques qui vint plusieurs fois de Cambridge pour rencontrer Wittgenstein et le Cercle de Vienne. Au cours de ses discussions avec Ramsey et le Cercle de Vienne, Wittgenstein commença à s’interroger sur son travail et envisagea la possibilité que le Tractatus comportât une grave erreur, ce qui marqua le début de sa seconde carrière de philosophe et l'occupera pour le reste de sa vie. " (Wikipédia)
 

samedi 20 septembre 2014 21:10 , dans Propos dissonants


Gabriel Fauré : Le Secret (Gérard Souzay)

De Gabriel Fauré , "Le secret", Op. 23  

Gérard Souzay , baryton , est accompagné au piano par Dalton Baldwin. 

" D'une famille musicienne angevine, Gérard Souzay grandit à Chinon (il prendra plus tard son nom d'artiste d'un village des bords de Loire). Ses parents se sont rencontrés à la première d'une présentation de Pelléas et Mélisande en 1902. Après ses classes au collège Rabelais à Chinon, il entre à la Sorbonne à Paris pour étudier la philosophie et y rencontre Pierre Bernac, qui décèle ses dons vocaux et l'encourage à étudier le chant.

Souzay entre au Conservatoire de Paris en 1940, étudiant avec Claire Croiza et Jean-Émile Vanni-Marcoux. Il commence à chanter comme ténor mais en 1943, sur les conseils du chanteur lyrique Henri Etcheverry, il devient baryton. Il s'essaye aussi à la composition et en 1942, trois de ses adaptations de poèmes de Paul Valéry sont données en concert par Pierre Bernac. Après avoir obtenu un prix de chant et un prix de vocalise, il continue à développer sa voix sous la conduite de Bernac, quoique tenant à se différencier par des méthodes et des idées plus récentes sur la prononciation[réf. nécessaire]. Attentif à ne pas se cantonner au répertoire français, il étudie le lied, particulièrement Schubert et Schumann, sous la conduite de Lotte Lehmann.

Il donne ses premières représentations publiques en 1945 : des récitals et des concerts dont le Requiem de Fauré à l'occasion du centenaire du compositeur au Royal Albert Hall à Londres. Il acquiert rapidement une renommée internationale pour le récital, d'abord accompagné par Jacqueline Bonneau, sa condisciple au Conservatoire de Paris, mais comme elle est réticente à voyager, il s'associe étroitement dès 1954 avec le pianiste américain Dalton Baldwin, association qui perdure jusqu'à la fin de sa carrière. " (Wikipédia)

samedi 20 septembre 2014 15:22 , dans Claude Debussy, Gabriel Fauré et Maurice Ravel


Anna Caterina Antonacci, Claudio Abbado - "Il Combattimento di Tancredi e Clorinda"

Anna Caterina Antonacci & Claudio Abbado - "Il Combattimento di Tancredi e Clorinda" (Ferrara, 1998)

Anna Caterina Antonacci est venue à la Monnaie avec ce répertoire en fin de saison 2013-2014.

C.Monteverdi, "Ottavo libro dei Madrigali" (1638).

"La Gerusalemme liberata" di T.Tasso, XII, 52-62;64-68 -

Claudio Abbado

Soprano: Anna Caterina Antonacci

Ferrara, live 25.9.1998 

Photo : Michele Balistreri

Les images se mélangent : Montserrat Figueras à Pedralbes (Barcelone), Claudio Abbado à San Stefano (Bologne). Le chagrin, la gratitude les unissent en Orphée. Ici, Claudio Abbado fait chanter Claudio Monteverdi et Anna Caterina Antonacci ...

samedi 20 septembre 2014 09:57 , dans 1600


|

ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à auseuildelatour

Vous devez être connecté pour ajouter auseuildelatour à vos amis

 
Créer un blog